Question existentielle : je download le film à la télé ce soir, j’ai bon ?

Mon meilleur pote ne regarde pas la télé réalité, je suis désespéré, on n’a plus rien en commun

Pour bien vous situer l’affaire, il faut juste savoir que j’ai passé à peu près 3 ans sans télé (ni radio). C’était aux alentours de 2004.

Le seul truc à retenir serait que ce mode de vie n’est ni mortel, ni contagieux et encore moins le signe d’une quelconque associabilité. Bien au contraire : lorsque j’arrivais le lundi matin au bureau, je pouvais sans peine discuter des évènements récents avec mes collègues, argumenter si nécessaire mes points de vues et écouter les leurs.

Là où coinçait, c’était pour les pubs : bah oui, n’en ayant vue aucune, impossible de savoir que la lessive X était vachement plus performante que le savon Y. De toute façon, les préoccupations typiques de la ménagère de moins de 50 ans, désolé pour elle, j’en ai strictement rien à secouer.

Bref, je vous le dis tout net, la télé c’est de la merde dans 95% des cas (vous et moi en sommes conscients, si, si…) alors maintenant, faudrait juste passer à autre chose.

Un bon vieux tube cathodique pèse 70 kilos (son coach minceur, dépité, s’est depuis pendu)

Mais alors, pourquoi acheter une télé d’occaz fin 2007 ?

Le fait est que je suis un fan de science-fiction (sauf en ce qui concerne les très vieux films) et pour voir ce genre de distraction dans de bonnes conditions, il me fallait un écran adéquat : le moniteur du PC, fût-il un 22 ou 24 pouces, ça dépanne mais honnêtement, tout le monde préfère s’affaler dans le canapé et se goinfrer de cacahuètes pendant le spectacle.

Au début je me suis laissé aller, regardant un peu tout et n’importe quoi. En l’espace de 3 ans, la grille des programmes avait changé, les présentateurs aussi, les chroniqueurs, les plateaux, etc. Mais au final, un même goût amer persistait. La forme évoluait tandis que le fond restait le même : infantilisation, voyeurisme, polémistes de service, subversion à deux balles, copinage en tout genre. Sans parler des pubs qui, elles au moins, sont restées fidèles à leurs principes fondateurs, à savoir transformer votre libido en pulsion d’achat.

Bref, je vous le redis tout net, la télé c’est toujours de la merde dans 95% des cas et ce n’est pas prêt de changer.

Lire la suite…